Sélectionner une page

Le Royal Saint Hubert Club de Belgique a communiqué:

Elargissement de la période de chasse

au Cerf (non-boisés, petits cerfs) et au Mouflon

Ce jeudi 20 décembre, le Gouvernement wallon a décidé de prolonger la chasse à tir des animaux non-boisés de l’espèce Cerf et des petits cerfs ainsi que les animaux de l’espèce Mouflon jusqu’au 28 février 2019 inclus, hormis pour la zone infectée par la peste porcine africaine en province de Luxembourg et dans le périmètre d’éventuelles autres zones qui viendraient à être infectées par la peste porcine africaine en Région wallonne

Cet élargissement exceptionnel de la période est logique dans le contexte actuel, il devrait aider de nombreux territoires à finaliser les plans de tir imposés. 

Sangliers: chasses collectives

Ce jeudi également, le Gouvernement wallon a modifié l’article 1er de l’arrêté du 30 novembre 2018 portant diverses mesures temporaires de lutte contre la peste porcine africaine chez les sangliers.

Concrètement, une nouvelle définition de la « Journée de chasse collective » à organiser (3) en janvier-février a été apportée, à savoir : « Toute forme de chasse en battue, y compris les battues par temps de neige communément  appelées « cernage », que ces battues soient à cor et à cris, traque affût ou poussée silencieuse, toute forme de chasse au chien courant pratiquée par plus de deux chasseurs ainsi que tout affut collectif pratiqué simultanément par 5 chasseurs au minimum ».

En résumé,  :

–         « Battue » ou « poussée silencieuse » ou « traque-affût » : actions de chasse pratiquées par au moins deux chasseurs aidés d’au moins 2 rabatteurs avec ou sans chien. ;

–         Toute forme de « Chasse au chien courant » : action de chasse pratiquée par plus de deux chasseurs ;

–         « Affût collectif » : action de chasse pratiquée simultanément par minimum cinq chasseurs.

Comme vous le remarquerez, les affûts collectifs sont toujours considérés comme une chasse collective pour autant qu’ils se fassent en présence de minimum 5 chasseurs, différemment à ce qui a été officiellement annoncé initialement !

Nous regrettons de découvrir, sans aucune concertation, des mesures uniformes d’obligation de chasses collectives sans tenir compte des prélèvements effectués par chacun lors de cette saison, sans prendre en considération la taille ni la localisation géographique des territoires. L’urgence des mesures à prendre ne justifie en rien l’absence de concertation, le manque de transparence et la précipitation des mesures.

Les efforts de prélèvements exceptionnels de sangliers sont là pour attester de la bonne volonté des chasseurs au cours de ces 3 derniers mois. Et ils se poursuivront! Mais le peu de considération pour les avis des véritables acteurs de terrain que sont les chasseurs et les conseils cynégétiques conduit à des incohérences qui risquent bien de provoquer le découragement des chasseurs et même des agents du DNF, avec des conséquences négatives pour la gestion de cette crise sanitaire.

Le RSHCB et la FCGGB en appellent à plus de transparence et d’écoute de la part du Ministre de la Chasse non seulement pour la lutte contre la propagation de la maladie mais aussi par rapport aux obligations (bail et indemnisation des dégâts) des titulaires de droit de chasse dans les différentes zones impactées par la Peste porcine africaine.